Alep: un mois plus tard

aleppo human appeal

Bien qu’Alep semble avoir disparu des actualités depuis ces deux dernières semaines, la crise est loin d'être terminée pour les gens de cette ville accablée par la guerre.

Des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées des ruines d'Alep, et toutes ont besoin d'un endroit sûr pour se loger, de nourriture, d'eau potable et de couvertures chaudes pour se couvrir. Beaucoup d’entre eux ont besoin de soins médicaux. Les habitants d'Alep subissent des souffrances inimaginables en ces longs mois d’hiver.

Le travail d'Human Appeal dans les régions rurales d'Alep

Human Appeal a maintenu une forte présence en Syrie depuis le début de la crise, et nous avons plus de 200 employés et 70 bénévoles travaillant dans le Gouvernorat d’Alep à Sarmada, Idlib et Azaz. Une grande partie de notre travail en Syrie s’effectue en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial, le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies et le Programme des Nations Unies pour le Développement en 2016. près de 30 millions d' euros d'aide ont été mobilisés par Human Appeal pour l'ensemble de la Syrie.

En réponse à l'intensification des violences dans la ville d'Alep, nous avons mis en place un camp d'urgence à Azaz pour 2 500 personnes déplacées. Nous avons également fourni des abris temporaires à 80 000 syriens déplacés et sans-abri.

Dans la région rurale d'Alep, nous fournissons chaque jour de l’eau potable à 3500 personnes, des repas chauds à 25 000 personnes et de la farine et du pain à 50 000 personnes. Notre travail est plus que vital puisqu’à l'heure actuelle, nous sommes l'une des rares organisations internationales sur le terrain.

Un hiver rude

Les habitants d'Alep sont toujours dans l’attente urgente d’aide humanitaire. Beaucoup de familles vivent dans des tentes qui ne les protègent ni du froid, ni du vent, ni de la pluie. Le combustible n’est disponible qu’en infimes quantités, il est alors impossible de se maintenir au chaud et au sec. Les habitants brûlent tout ce qu'ils peuvent trouver, y compris des sacs en plastique, de vieilles sandales et autres ordures pour pouvoir se réchauffer.

Pneumonie, hypothermie, engelures, les maladies hivernales sont un vrai calvaire pour les familles syriennes déplacées, surtout pour les enfants et les personnes âgées qui sont particulièrement vulnérables, d’où l’importance des kits d’hiver distribués par nos équipes.

Les habitants sont déjà affaiblis par les mois passés pris au piège dans la ville assiégée d'Alep, sans nourriture, eau potable ou soins médicaux. Personne ne devrait avoir à affronter des températures glaciales, des vents violents et de fortes pluies sans abri, sans chaussures et sans vêtements chauds.

Nous ne pouvons pas oublier les habitants d'Alep, même si leur triste sort est faiblement couvert par les médias.

Ils ont déjà tout perdu. Ne les laissons pas perdre aussi espoir.

Back to news

Erreur

Fermer