L'histoire d'Abu, un petit enfant syrien

Abu syrie human appeal

Il était une fois, un petit garçon nommé Abu, âgé de sept ans, qui profitait pleinement d’une vie joyeuse, avec une famille aimante, qui habitait dans une belle maison. C’est alors que la guerre en Syrie a éclaté, dévastant tout sur son passage. Abu et sa famille ont été contraints de fuir leur foyer pour rejoindre un camp à la frontière de la Jordanie.

La vie d’Abu à été chamboulée, les camps ont rapidement été submergés par toutes les familles syriennes cherchant à échapper aux terribles violences dont ils avaient été témoins.L’eau et la nourriture sont en pénurie dans le camp. Abou et ses frères et sœurs sont tombés malades. La famille n’a plus eu d’autre choix que de partir.

Les petits syriens ont perdu leur enfance

Aujourd’hui, Abu n’a plus la moindre idée des joies d'une enfance normale. Lui et le reste de sa famille sont entassés dans une seule pièce et le petit Abu doit sortir chaque jour pour trouver des morceaux de carton qu’il revend. Le peu d’argent qu'il gagne n'est même pas suffisant pour acheter du pain.

Depuis la guerre, Abu est déscolarisé.

Le Ramadan, un mois de souffrance pour les familles syriennes

La crise syrienne est entrée dans sa sixième année. 4,8 millions de civils ont fui leurs maisons pour chercher refuge dans les pays voisins. L’aide humanitaire est indispensable à la survie des 13,5 millions de personnes qui sont encore en Syrie. 4,6 millions d’entre eux sont encore piégés dans des zones assiégées, sans nourriture ni eau potable.

Nos équipes sont sur le terrain pour soutenir les populations syriennes. Pour seulement 90€, vous pouvez nourrir une famille syrienne entière pour le mois de Ramadan. 600€ permettront de prodiguer des soins médicaux à 100 femmes et enfants à notre hôpital Al-Imaaan.

Vous pouvez aussi redonner espoir aux enfants comme Abu en leur offrant la chance de recevoir une éducation de qualité et un suivi psychologique en soutenant notre école Dir Hassan.

Vous avez 30 jours pour changer leur vie. C’est maintenant qu’il faut donner.

Back to news

Erreur

Fermer