Gaza frappée par la pénurie d’eau

gaza eau

Près de deux semaines se sont écoulées depuis l'annonce du cessez-le-feu à Gaza. Bien que les bombes aient cessé de frapper, la souffrance et les épreuves endurées par les familles palestiniennes sont toujours présentes. La bande de Gaza est confrontée à une crise humanitaire de plus en plus grave. Le territoire déjà meurtri est à court de ressources essentielles, notamment l’eau.

Les derniers conflits ont été catastrophiques

La bande de Gaza, bombardée pendant près de 11 jours, a subi d'importants dégâts, privant les Palestiniens de beaucoup d'infrastructures telles que les stations d'épuration, centres de vaccination, ou encore les réseaux électriques. Les systèmes d'égouts ont été détruits, envoyant des eaux usées nauséabondes dans les rues de la ville de Gaza. Une importante usine de dessalement qui contribuait à fournir de l'eau douce à 250 000 personnes est hors service, et les conduites d'eau desservant au moins 800 000 personnes ont été endommagées.

Le conflit les a sévèrement privé d’eau. En effet, la majorité des habitants de Gaza se trouvent privés de l'eau potable indispensable à leur survie pour les deux prochains mois. Tandis que les familles palestiniennes se démènent pour trouver à boire afin de rester hydratés, ce sont aussi les infrastructures médicales qui souffrent de la situation. Sans eau et électricité, il est impossible pour le personnel médical de soigner les victimes dans de bonnes conditions.

Le manque d’eau n’est pas nouveau à Gaza

Avant que les violences n'éclatent, Gaza subissait déjà une pénurie d'eau. À Gaza, 96 % de l'eau est impropre à la consommation humaine et la population entière dépend d'un seul aquifère, qui est chroniquement contaminé. Les nappes phréatiques sont sur-utilisées, ce qui facilite l'infiltration de l'eau de mer, des eaux usées et des résidus chimiques, donc elles sont inutilisables.

L’eau responsable de graves problèmes de santé

Les familles ne pouvant pas payer les prix exorbitants de l'eau potable, ils sont obligés de boire l'eau polluée ou l’eau de mer. Face à cela, c’est 2 000 000 de foyers sont sujets à d’importants problèmes de santé. Selon l’UNICEF, les affections liées à l’eau représentent environ 26 % des maladies à Gaza, ce sont souvent des maladies virales et des parasites liés à la pollution de l’eau.

On remarque que la pollution de l'aquifère par les nitrates constituerait un risque d’autant plus élevé pour les nourrissons et les femmes enceintes.. Le plus souvent, les enfants, premières victimes de ce fléau, ont des problèmes rénaux et doivent subir des dialyses. L’eau provoque des maladies graves et dévastatrices, c’est la principale cause de décès chez les enfants.

Le blocus est la principale cause de cette pénurie

Le conflit et 13 ans de blocus ont dévasté les infrastructures de Gaza, limitant fortement l'accès à l'eau potable. Le blocus imposé à la bande de Gaza pendant la majeure partie de la dernière décennie perturbe également le développement des projets de construction de nouvelles usines de dessalement.

Aujourd’hui, les Gazaouis placent leurs espoirs dans la construction d'une immense usine de désalinisation qui pourrait permettre de répondre à la demande croissante. Seulement, deux sites de désalinisation fonctionnent à Gaza. Ils produisent à peine 8 600 mètres cubes d'eau par jour.

Ensemble, donnons l’eau potable aux familles à Gaza

L'année dernière, Human Appeal a lancé un projet visant à implanter une usine de désalinisation de l'eau pour traiter la salinité, les bactéries et d'autres formes de contamination. Nous souhaitons cette année récolter assez de fonds pour commencer la 2ᵉ étape des aménagements qui devraient permettre de fournir de l'eau potable à plus de 60 000 Palestiniens pendant 15 ans.

Sans changement, les Palestiniens ne peuvent pas survivre, et nous avons besoin de votre aide. Vous pouvez offrir l’eau aux familles palestiniennes touchées par les dernières attaques en faisant un don pour notre projet de dessalement de l'eau à long terme. Votre don sauvera des vies à Gaza.

Je fais un don

Sélectionnez votre devise ainsi que le montant de votre don

Merci de choisir un autre montant

Back to news

Erreur

Fermer