Les dix dernières nuits du Ramadan

Laylatul Qadr

D’après Abû Horayra, qu'Allah l’agréé, le Prophète (sws) a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et dans l’espoir d’obtenir la rétribution d’Allah, tous ses péchés passés lui seront pardonnés. Et Celui qui veille Laylat Al-Qadr (La Nuit du Destin) (en prière) avec foi et dans l’espoir d’obtenir la rétribution d’Allah, tous ses péchés passés lui seront pardonnés »

Les dix dernières nuits du Ramadan approchent et apportent avec elles un nombre incalculable de bienfaits et de bénédictions.

Après 20 jours, le jeûne pourrait être devenu une habitude et, la routine s’installant, les actes d’adoration pourraient s’être vus diminués pour certains. Ces nuits marquent la fin du mois qu’a préféré Allah pour les croyants, et parmi celles-ci se trouve celle qui déterminera l’année à venir. Cette dernière ligne droite se présente alors comme l’occasion de se racheter et de se parfaire.

Nous savons à quel point les conditions exceptionnelles cette année peuvent être troublantes et laisser imaginer certaines limites à la retraite spirituelle que devrait représenter la dernière décade, notamment dans la fréquentation continue des mosquées. Comment s’adapter à cette situation et se tenir au plus proche de ce que nous a enseigné notre Prophète Muhammed (sws) ? Quels bienfaits attendre des 10 dernières nuits et de la nuit qui vaut mille mois ?

Ce Ramadan, soulagez les démunis

Sélectionnez votre devise ainsi que le montant de votre don

Ce qui nous a été rapporté sur les dix dernières nuits

Dans un hadith rapporté par Mouslim et Boukhari, il a été authentiquement établi que notre Prophète Muhammed (sws) redoublait d’efforts dans ses actes d’adoration : ‘Aïsha, qu’Allah l’agrée dit : « Les dix dernières nuits arrivées, le Messager de Dieu, que la Paix et la Bénédiction de Dieu soient sur lui, serrait le mi-zar, veillait sa nuit et réveillait sa famille »

Nous y apprenons trois pratiques du Prophète (sws) :

  • Il “serrait le mi-zar” - Les savants s’accordent pour dire qu’il est ici métaphoriquement indiqué qu’il s’isolait de ses femmes pour se consacrer pleinement aux actes d’adoration envers Allah.

  • Il “veillait sa nuit”, ou dans certaines variantes du hadith “il faisait vivre ses nuits” - En effet, le Prophète (sws) avait pour habitude de veiller et de prier la nuit sur toute la durée du Ramadan mais les dix dernières étaient, pour lui, encore plus intenses que les vingt premières.

Abu Dharr (qu’Allah l’agréé) disait - « Nous avons jeûné Ramadan avec le Prophète, et il ne nous a pas fait de prière nocturne jusqu’à ce qu’il ne soit resté que sept nuits. Il nous a guidé alors la prière jusqu’au tiers de la nuit… Il a fait de même pour les nuits suivantes…il n’a cessé de prolonger la prière jusqu’à ce que nous craignîmes que l’heure du Souhour soit arrivée… »

  • Il “réveillait sa famille” - Il est certifié que le Prophète (sws) frappait à la porte de Fatima et de ‘Ali pour leur dire : « Ne devriez-vous pas vous lever pour prier ! ». A cela s’ajoutent différents textes et hadiths encourageant les époux à se réveiller mutuellement pour accomplir les actes d’adoration.

Al-Hassan al-Basri dit : « Une vie dont la première partie a été ratée mérite de voir sa fin réformée ».

Les dix dernières nuits du Ramadan doivent ainsi être vues comme un “sprint final” et l’occasion de nous rapprocher de la Sunna de notre Prophète (sws). Elles sont un moyen de rattraper les manquements cumulés durant les 20 premiers jours et l’année écoulée, de prendre de nouvelles habitudes et de s’y tenir sur l’année à venir.

Il est ainsi recommandé de :

  • Multiplier les prières, notamment les prières groupées lorsqu’elles sont possibles

  • Intensifier sa lecture du Coran avec humilité et méditation. Le mois de Ramadan est celui du Coran : « (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. […] » (Coran 2/185)

  • Encourager sa famille à multiplier les actes d’adoration et de méditations

  • Délaisser les péchés et égarements qui rythment trop souvent notre quotidien

  • Répéter, lors de ses invocations : « Allahoumma innaka ‘afouwwoun touhibboul-‘afwa fa’ fou ‘anni » - Seigneur Dieu ! Tu es Pardonneur et Tu aimes le pardon. Aussi, pardonne-moi - اللْهَُّ م إنَّ كَ عَفٌُّ و تحِ ُّ ب الْعَفْوَ فَاعْفُ عَنِّ ي-

  • Multiplier les aumônes - At-tirmidi, Al Bayhaqui, Al Mundiri et Ibn Hajar ont rapporté d’après Anas Ibn Malek qu’on a dit au Prophète : « Laquelle des charités est meilleure ? ».  À quoi le Prophète répondit : “– La meilleure des charités est celle accomplie pendant le Ramadan.

  • Rechercher avec sincérité Laylat al Qadr - La Nuit du Destin.

Les bienfaits de Laylat al Qadr

Étymologiquement, deux sens peuvent être attribués au mot “Qadr” :

  • Vénération” ou “honneur”, il faut y comprendre qu’il s’agit d’une nuit vénérée dont les bienfaits sont multiples et recherchés. Celui qui veille cette nuit grandit son honneur.

  • Qadar” qui se traduit par “destin” ou “décret”, qui souligne les pouvoirs de cette nuit sacrée. En effet, c’est durant Laylat al Qadr que les décrets de l’année à venir sont ordonnés. La nuit « durant laquelle est décidé tout ordre sage » (Coran 44/4)

Selon la majorité des savants, Laylat al Qadr ou la “Nuit du destin” est à chercher au cours d’une des nuits impaires de la dernière décade du mois de Ramadan. Autrement dit, l’une des nuits dont le lendemain correspond au 21, 23, 25, 27 ou 29 Ramadan.

Ses mérites sont multiples et ses bienfaits inestimables :

  • Il s’agit de la nuit durant laquelle a été révélé le Coran - “En vérité, Nous avons révélé le Coran dans la nuit de la Destinée” (Coran 97/1)

  • La nuit de la Destinée vaut plus que mille mois réunis !” (Coran 97/3) - Il faut comprendre ici que celui qui prie et se consacre à Allah durant Laylat al Qadr aura prié l’équivalent de 83 années et 4 mois !

  • Elle est la nuit du pardon - Celui qui se repent et pratique Al istighfar durant la nuit du destin verra s’effacer tous ses péchés de l’année écoulée. Répétons sans cesse l’invocation recommandée par notre Prophète (sws) : « Allahoumma innaka ‘afouwwoun touhibboul-‘afwa fa’ fou ‘anni »

  • Allah exauce toutes les invocations formulées durant cette nuit. - Rapporté par Ibn Kathîr “De nombreux anges descendent en cette nuit car elle est bénie, et ils descendent quand la bénédiction et la miséricorde d’Allah, exalté soit-Il, descendent, tout comme ils descendent quand le Coran est récité, et ils entourent les cercles d’évocation (réunions où Allah, exalté soit-Il est évoqué), et ils battent des ailes, par respect pour celui qui recherche sincèrement le savoir.

Profitez donc de ces dix dernières nuits de Ramadan pour vous purifier des erreurs du passé et préparer avec foi et sincérité l’année à venir.

Profiter pleinement des 10 dernières nuits

Il n'est jamais trop tôt pour se préparer à accueillir Laylatul Qadr. Et il n'a jamais été aussi facile de s'assurer de profiter de ces bienfaits.

Ce ramadan, on a pensé à une solution pour vous aider à profiter pleinement des récompenses accordées lors des 10 dernières nuits de ce mois sacré.

Super facile à utiliser, notre nouvel outil - Vos 10 Nuits - vous permet d'automatiser vos dons sur les jours de ramadan restants. Vous n'avez qu'à sélectionner le montant que vous voulez donner, les projets que vous voulez soutenir et réaliser votre don.

Automatisez vos aumônes dès aujourd'hui. Ne manquez plus la Nuit du Destin, se cachant dans les 10 dernières nuits de ramadan et valant plus que 1000 mois réunis, cliquez ici !

Période sacrée et crise sanitaire

La crise sanitaire et le confinement décrété ont inquiété grand nombre de nos frères et de nos sœurs quant à l’accomplissement du jeûne durant ce mois de Ramadan. Il est important de réfléchir aux bienfaits derrière cette épreuve et au degré de mérite que délivre ce mois de Ramadan 2020 si particulier.

Si le pays est fermé par le confinement, les portes du Paradis sont-elles belles et bien ouvertes. La situation doit nous encourager dans notre quête du bien, nous orienter dans notre foi et fortifier notre espoir. Nous savons à quel point cette période peut être éprouvante pour certains et combien l’isolement peut peser et nuire au moral. Peut-être est-ce à travers cette épreuve que se trouve notre récompense ? Peut-être facilite-t-elle finalement nos actes d’adoration ?

En effet, les conditions exceptionnelles dans lesquelles se déroule ce mois sacré nous ont réduits d’un grand nombre d’habitudes quotidiennes, mais nous ont apporté le temps après lequel nous courrons à longueur d’année : ce temps que nous nous plaignons sans cesse de ne pas avoir, ce temps qui a trop souvent servi d’excuse pour négliger nos devoirs. Il nous est permis un retour à l’essentiel : le travail de notre relation avec Allah et avec notre famille.

Si le jeûne et la lecture du Coran sont les deux actions les plus méritoires, elles sont également parmi les plus facilitées cette année : la lecture du Coran et la méditation sur ses versets est bien plus simple loin du rythme effréné que nous vivons à longueur d’année. Et le jeûne au sens large du terme, celui de la nourriture, de la boisson, mais aussi de la médisance, du mensonge et de la vulgarité… N’est-il pas aujourd’hui facilité ? N’est-il pas plus simple d’éviter les mauvaises choses pour nos yeux, nos oreilles et notre langue au sein de nos demeures ?

Bien sûr, nous pensons à toutes ces personnes en première ligne qui œuvrent pour la guérison, la limitation de la contagion et le confort du peuple. Accrochez-vous aux récompenses qui vous ont été promises, réfléchissez aux bienfaits de vos actions et à l’image que vous renvoyez à Allah.

En restant chez vous, vous préservez la vie d’autrui. Soignants, médecins, auxiliaires de vie, commerçants, policiers, agents d’entretien, éboueurs, professeurs, etc. Tous ceux qui facilitent ce confinement et tous ceux qui le respectent sauvent des vies.

Celui qui sauve un seul homme, c'est comme s'il avait sauvé l'humanité tout entière” (Coran 5.32)

La patience est une adoration en elle-même et l’épreuve est méritoire. Soyons donc de ceux qui patientent et qui croient en la Miséricorde d’Allah.

Selon Jabir ibn Abdillah, qu'Allah l’agréé, le Prophète (sws) a dit : “ Celui qui fuit une contrée touchée par la peste commet un péché aussi grave que celui qui fuit l'ennemi sur le champ de bataille. Et celui qui patiente dans une contrée touchée par la peste aura une récompense identique à celui qui patiente sur un champ de bataille. "

Nous comprenons et partageons la déception de ne pas pouvoir fréquenter les mosquées comme il en est coutume lors du mois sacré, mais les actions ne valent que par les intentions. Si vous avez l’intention, alors vous avez le mérite et sachez que la meilleure prière surérogatoire est celle qu’accomplit le musulman dans sa demeure. Profitons-en pour instaurer la prière de Tarawih dans nos maisons, en famille. Et nous savons que grand nombre de nos frères et sœurs ont été surpris pas le confinement et se sont retrouvés seuls et éloignés de leurs familles, parfois même sur un autre continent : Prenez cette épreuve avec tout ce qu’elle vous offre, et ne doutez pas de la miséricorde d’Allah.

Soyez optimistes et faites de ce Ramadan le meilleur accompli jusqu’ici.

Qu’Allah accepte vos prières et vous fasse bénéficier de toutes les bénédictions de ce mois sacré.

N'attendez plus pour faire une aumône

Sélectionnez votre devise ainsi que le montant de votre don
Back to news

Erreur

Fermer