Yémen: La tragique histoire de la petite Malak

nasser human appeal

Nasser est père de trois enfants, tous atteints du choléra. Sa cadette, Malak, n'a que neuf mois. Sans travail, Nasser n'a pas les moyens de faire soigner ses petits. La famille n’a ni accès à l’eau potable, ni assez d'argent pour s’acheter une bouteille d’eau.

Malheureusement, la petite Malak était trop fragile pour affronter la maladie et y a succombé dans les bras de son père. Nasser a tenu le corps sans vie de son bébé en lui parlant pendant des heures, espérant qu'elle se réveillerait à tout moment, en vain.

Témoignage de Nasser ici.

Une crise humanitaire sans précédent

L'épidémie mortelle de choléra qui ravage le Yémen depuis le mois d’avril a touché plus de 914 000 personnes. Le récent blocus qui entrave l’accès aux produits de première nécessité comme la nourriture, le combustible et les médicaments ne fait qu’aggraver la situation du pays et a plongé les familles dans une misère sans nom.

En hiver, le climat humide et les températures parfois très basses rendent la convalescence des personnes atteintes de choléra encore plus difficile. Le risque de décès est d’autant plus élevé lorsque les enfants malades n’ont aucun moyen de se maintenir au chaud.

Le Yémen ne peut supporter un autre hiver

Rien ne pourra ramener la petite Malak à son père, mais nous pouvons éviter à d’autres familles de subir le même sort. Les familles comme celle de Nasser ont désespérément besoin de vêtements chauds, de nourriture et de combustible.

  • 130€ suffisent à fournir des kits d’urgence composés de vêtements chauds, de matelas, de couvertures et de fuel pour chauffage.

  • 80€ permettent de nourrir une famille durant un mois entier et de leur procurer ainsi les forces suffisantes pour combattre les maladies.

Stoppez des aujourd'hui les ravages de l’hiver.

Back to news

Erreur

Fermer